Les réseaux sociaux comme supports à l’Education aux Médias et à l’Information (EMI)

Classé dans : EMI, Réseaux sociaux | 0

         Dans le cadre des TraAM 2015-2016, plusieurs membres du groupe ont ouvert une page Facebook  en lien avec les arts plastiques, dans le but d’expérimenter une approche de l’EMI en lien avec différents textes de la réforme 2016.

bilan 2 années (2)http://arts-plastiques.ac-besancon.fr/2016/03/13/les-pages-facebook-des-enseignants/

     

        Cet article met en exergue deux compétences qu’il est possible de travailler avec les élèves, en cours d’arts plastiques, dans le cadre de l’EMI. (Référence : BOEN spécial n° 11 du 26 novembre 2015)

 

    • Produire, communiquer, partager des informations.
    • Utiliser les médias de manière responsable.

 

1  Les réseaux sociaux pour : produire, communiquer, partager des informations.

 

        En cycle 4, les programmes de l’EMI incitent les enseignants à travailler la compétence « Produire, communiquer, partager des informations » qui fait partie du  Domaine 1 du socle.

 

Produire et diffuser de l’information.

 

         Dans ce cadre, l’enseignant doit trouver les façons d’inciter les élèves à produire et diffuser eux-mêmes de l’information. Il est aussi précisé dans les programmes de l’EMI, que l’enseignant permettra aux élèves d’utiliser les plateformes collaboratives numériques pour coopérer avec d’autres interlocuteurs.

 

         Le groupe TraAM a expérimenté une solution pour répondre à ces attentes institutionnelles. Il s’agit de l’ouverture d’une page Facebook en lien avec les arts plastiques. L’enseignant, administrateur de la page, propose aux élèves d’enrichir cette page de partage à l’aide de diverses actions possibles :

 

  • Produire 

 

        Les élèves peuvent réaliser en classe ou hors du collège, avec l’enseignant, seul ou en groupe, toutes sortes d’activités en lien avec les arts plastiques. Ces productions viennent nourrir peu à  peu la page Facebook ouverte et mise à disposition des élèves par le professeur d’arts plastiques.
Les activités ci-dessous proposées par les élèves de troisième servent de supports à l’élaboration par le professeur de séquences d’arts plastiques en relation avec les activités réalisées par les adolescents. L’engagement de ces derniers et leur investissement dans les cours sont d’autant plus remarqués que l’enseignement est en grande partie construit à partir de leurs propositions.

 

Voici quelques activités de productions imaginées par une trentaine d’élèves de troisième :

  1. Prendre une photo dans la ville où se situe le collège, la publier sur la page et demander aux internautes de reconnaître le lieu.
  2. Faire un concours de photomontages d’élèves, sur un thème donné. Les internautes votent pour élire les meilleures réalisations.
  3. L’élève réalise et publie un dessin. Il note en dessous les raisons de ses choix plastiques et conceptuels, éventuellement quel message il souhaite transmettre. Les internautes sont invités à donner leur avis sur ce dessin.
  4. A plusieurs élèves, choisir un mot important pour les jeunes et l’écrire à l’aide de leurs corps. Prendre une photo de chaque lettre de ce mot. Publier chaque jour une lettre du mot en proposant aux internautes de trouver de quel mot il s’agit. Une fois la solution trouvée, publier la totalité du mot.
  5. Réaliser des dessins à partir de photos publiées par les élèves sur leur Facebook personnel.
  6. En arts plastiques, chercher sur le Net des œuvres, des photos, des vidéos ou des sites en lien avec le thème abordé en classe par le professeur. Publier ces ressources sur la page afin qu’elles soient partageables.
  7. L’élève publie un dessin de presse accompagné d’une interprétation personnelle de ce dessin. En commentaire, les autres élèves peuvent proposer d’autre interprétation et d’autres lectures.
  8. Pendant les cours d’arts plastiques les élèves prennent des photographies montrant les différentes manières dont les élèves travaillent en classe et la variété d’activités qu’on y mène. L’élève publie ces témoignages sur la page Facebook en respectant le droit à l’image de chacun.
  9. Les élèves cherchent des images qui leurs plaisent sur le Net, les publient sur le net et notent en dessous pourquoi ils apprécient cette image.
  10. Les élèves répondent sur la page à des questions posées par le professeur sur un artiste, un courant ou une œuvre d’art.
  11. Publier un ensemble de travaux réalisés en classe par les élèves, donnant ainsi une visibilité des travaux effectués en cours (exposition dématérialisée).
  12. Dans le cadre de l’opération « Un mois/une œuvre », le professeur propose un nom d’artiste. Les élèves font des recherches sur l’artiste en question et choisisse une œuvre significative. Elle figurer en commentaire avec les informations suivantes : nom de l’artiste, titre de l’œuvre, matériaux, année de réalisation, lien du site où l’on peut la voir. Elle est l’objet d’une analyse plastique et d’un très court commentaire la resituant dans son contexte historique et esthétique.

 

 

  • Publier

 

          La publication d’un élève sur une page Facebook en lien avec les arts plastiques peut s’envisager de différentes manières.

 

Premier cas :

          En ouvrant la page arts plastiques de son établissement, le professeur autorise les publications. L’élève peut donc utiliser le service de publication proposé par Facebook.

         Le professeur peut choisir dans les paramètres différentes formules de publication sur la page.

 

3

 

         Un premier paramétrage propose que les publications ne soient pas du tout visibles sur la page avant la validation par le professeur : Réviser les publications des tiers avant leur publication sur la page. L’enseignant reçoit une notification pour l’avertir qu’il peut valider une publication.

         Un deuxième paramétrage propose une visibilité des publications des élèves dans la colonne de gauche avant validation du professeur. Lorsque l’enseignant jugera la publication valide, il pourra choisir de la faire apparaître dans la colonne principale et centrale de la page pour la mettre en valeur.

 

4

 

           Le bloc de publication de gauche, dont le contenu est toujours visible lorsque l’enseignant adopte le deuxième paramétrage, est très important pour motiver les autres élèves à publier. Ce bloc permet de constater que des élèves osent s’impliquer même si c’est une page en lien avec l’école. Ce premier cas de publication demande pour l’élève d’avoir un compte Facebook.

 

Second cas :  

       Il s’agit d’une solution proposée aux élèves qui n’ont pas de compte Facebook pour diverses raisons. Les contenus des publications de ces élèves sont envoyés au professeur par la messagerie de l’Ent. Elles seront transférées ensuite sur la page Facebook par l’enseignant.

 

 

  • Commenter

 

Sur une page Facebook, « commenter » est une fonction qui permet d’ajouter très facilement sous chaque publication un commentaire. Les élèves peuvent utiliser les commentaires pour donner un avis ou pour y ajouter des informations sous forme de textes, images ou liens.

 

5

 

           Cette fonction  n’offre pas au professeur la possibilité de valider un commentaire avant qu’il soit publié sur la page Facebook. Cela  provoque donc, chez la plupart des enseignants, la crainte de voir apparaître des incivilités… ou, plus simplement, des contenus indésirables.

           Après plus d’un an d’utilisation de page avec les élèves, les enseignants du groupe TraAM  peuvent constater que rien de tel n’est arrivé.

          L’élève ne réagit pas du tout de la même manière sur une page de partage des arts plastiques que sur un compte personnel, souvent en mode privé.

 

        Obtenir des commentaires sur une page Facebook en lien avec les arts plastiques n’est pas facile à obtenir. C’est à l’enseignant d’encourager les élèves à en rédiger.

        Une demande a été faite à un groupe d’une trentaine d’élèves de troisième pour déterminer les raisons qui freinent le développement des commentaires sous les publications des pages :

 

  • « On ne pense pas à le faire, on oublie, la flemmardise. »
  • « On n’ose pas, on ne sait pas argumenter, on ne sait pas quoi dire. »
  • « On n’a pas envie qu’on sache qu’on regarde la page du collège, c’est la honte si on est reconnu sur une page du collège, peur d’être jugé par les autres élèves, on ne veut pas être traité d’intello. »

 

Face à ce constat,  il convient d’aider les élèves à franchir différents obstacles.

  • Dans un premier temps, pour remédier aux oublis, paresse ou manque de temps, il est indispensable d’intégrer les ajouts de commentaires pendant les heures de cours.
  • Dans un second temps, pour que tous les élèves puissent participer à la rédaction de commentaires, l’enseignant veillera à ce que les commentaires soient variés : réponses à des questions, votes, solution d’un jeu, avis…
  • Le dernier obstacle à vaincre – celui de la réputation d’un élève qui participe à la page – devrait ne plus exister si l’enseignant réussit à faire publier un maximum d’élèves du collège sur la page.

 

 

2  Les réseaux sociaux pour utiliser les médias de manière responsable

 

          En cycle 4, les programmes de l’EMI incitent les enseignants à travailler la compétence, « Utiliser les médias de manière responsable», qui fait partie du  Domaine 3 du socle.

 

On y trouve les 3 points suivants :

 

  • Se familiariser avec les notions d’espace privé et d’espace public.
  • Comprendre ce que sont l’identité et la trace numériques.
  • Pouvoir se référer aux règles de base du droit d’expression et de publication en particulier sur les réseaux sociaux.

 

Se familiariser avec les notions d’espace privé et d’espace public.

 

         Les élèves de collège rencontrent des difficultés à établir la différence entre ce qui relève de leur vie personnelle et ce qui peut se faire en société. Les réseaux sociaux, qui peuvent se paramétrer pour appartenir à un domaine privé ou public, permettent de faire réfléchir les élèves sur ce problème. Observer ce qui se passe sur la page Facebook des arts plastiques donne un support d’exemples réels à partir desquelles le professeur lance avec les élèves les discussions suivantes :

 

  • La page Facebook des arts plastiques est-elle un espace privée ou public ?
  • Cette page ressemble-t-elle à celle de mon compte personnel sur Facebook ?
  • Pourquoi le professeur paramètre cette page en page publique ?
  • Est-ce que je peux tout publier sur cette page ?

 

En conclusion de ces discussions :   

      Le professeur oriente, et complète les discussions et les échanges en ajoutant tous les avantages pour l’élève et l’enseignant d’avoir une page Facebook des arts plastiques publique, visible de ce fait par tous. Ces avantages peuvent aussi être profitables pour les parents,  pour l’image de l’établissement scolaire et, finalement, pour toute la communauté scolaire.

      L’enseignant va rappeler aussi que le fait de pouvoir partager des centres d’intérêts communs sur le net peut enrichir celui qui la consulte. Pour que le partage soit plus important il est essentiel que le maximum de personnes accepte de publier.

      Enfin,  il est primordial d’informer les élèves qu’il n’est pas obligatoire d’avoir un compte Facebook pour consulter les pages en lien avec les arts plastiques ouvertes dans l’académie de Besançon.

 

 

Comprendre ce que sont l’identité et la trace numériques.

 

             Une question que se posent souvent les parents d’élèves et les enseignants au sujet des réseaux sociaux : « Faut-il que nos enfants occupent une place visible et identifiable sur les réseaux sociaux ? »

 

  • Nos enfants et nos élèves n’ont pas attendu notre permission pour se trouver en majorité sur les réseaux sociaux. Il suffit de se référer aux chiffres que l’on peut trouver sur Internet à ce sujet. On peut aussi se référer aux images ci-dessous qui donnent le résultat d’un sondage réalisé en 2014 à partir de 110 élèves de quatrième.

 

6 (3)    6 (2) 6 (1)

 

Une deuxième question, qui amène souvent débat : « Faut-il que nos enfants ou nos élèves utilisent un pseudo lorsqu’ils publient sur les réseaux sociaux ? »

  • Les pages Facebook que nous expérimentons montrent que les élèves qui commentent,  « likent » ou publient n’utilisent pas de pseudo. Ces mêmes élèves développent sur le Net une identité numérique tout à fait positive. Leur espace privé est séparé des espaces publics. Ce qui est révélé d’eux respecte les règles civiques.
  • Accompagner les élèves dans les bonnes pratiques d’Internet, respectueuses de leur vie privée comme de celles des autres, est aussi l’une des missions des enseignants d’arts plastiques.

 

             Enfin, sur le sujet de l’identité numérique, nous avons la possibilité dans nos programmes d’arts plastiques de travailler sur l’autoportrait (La ressemblance, le rapport au réel et la valeur expressive de l’écart entre référent et représentation). Thématique artistique qui permet de réfléchir et de trouver avec les élèves comment se représenter sur le Net sans en montrer trop…

 

8 7

 

 

Pouvoir se référer aux règles de base du droit d’expression et de publication en particulier sur les réseaux sociaux.

            

           Ce point du programme de l’Education aux Médias et à l’Information oblige les enseignants à réfléchir sur les enjeux pédagogiques, didactiques des réseaux sociaux  durant la scolarité des élèves en collège.

            Avoir une page Facebook permet ainsi de sensibiliser les élèves aux règles de base du droit d’expression et de publication et de vérifier avec eux si toutes les publications de la page sont bien conformes à ces règles.

           Pour aborder ces règles, il est possible de se servir d’un article qui s’intitule « liberté d’expression et limite », publié sur Eduscol dans le dossier  « Internet Responsable » : http://eduscol.education.fr/internet-responsable/ressources/legamedia/liberte-d-expression-et-ses-limites.html

 

          

 

3    Pistes et propositions pour aborder de manière progressive une Education aux Médias et à l’Information par le biais des réseaux sociaux.

 

 

Cycle 4 

 

  • Première année :

Découverte, consultation, discussions et échanges  autour de la page Facebook arts plastiques du collège.

  • Deuxième année :

Consultation, publication, commentaire sur la page Facebook arts plastiques du collège.

  • Troisième année :

Consultation, publication, commentaire et construction d’un projet créatif avec la page Facebook comme support de travail.