RODIN PRÉCURSEUR ?

Classé dans : Baccalauréat, Lycée, PÉDAGOGIE | 0

 

Les assemblages d’Auguste Rodin (1840-1917) sont connus comme étant l’un des traits de génie du sculpteur français. À juste titre.

Or, dès l’Antiquité, il existe des productions plastiques issues d’assemblages de fragments hétéroclites qui donnent lieu à des créations originales.

Plus récemment, Jean-Léon Gérôme (1824-1904) – contemporain de Rodin – termine sa carrière d’artiste complet en laissant une Corinthe, considérée comme son chef-d’œuvre en sculpture. Sur le chapiteau figure l’inscription : « Non lice omnibus dire Corinthum » rappelant que les plaisirs coûteux de Corinthe ne sont pas accessibles à tous.

 

Portrait d’homme, assemblage marbres blanc et rose veiné, Palais Rondinini,
acquis par le musée du Vatican en 1824.

Fin du 1er siècle avant J.-C. – Début du 1er siècle après J.-C.

 

 

 

Portraits d’hommes, assemblages marbres blanc et rose veiné (2e et 6e en partant de la gauche),
Palais Rondinini, acquis par le musée du Vatican en 1824.
 Fin du 1er siècle avant J.-C.
– Début du 1er siècle après J.-C.

 

 

Auguste Rodin, Assemblage : masque de Camille Claudel et main gauche de Pierre de Wissant,
vers 1895 (?), plâtre, H. 32,1 cm ; L. 26,5 cm ; P. 27,7 cm, Paris, musée Rodin.

 

Auguste Rodin, Sphinge sur colonne, vers 1886, plâtre, H : 91,5 cm ; L : 15,5 ; P. 23 cm,
Paris, musée Rodin.

 

 

Auguste Rodin, Assemblage : femme-poisson et torse d’Iris sur gaine à rinceaux, vers 1908-1909 (?),
plâtre et plâtre à patine rose, H. 46,1 cm ; L. 32,7 cm ; P. 38 cm, Paris, musée Rodin.

 

 

Jean-Léon Gérôme, Corinthe, marbre polychrome avec monture de bronze doré et sertissage de pierres semi-précieuses. Fixé sur un chapiteau de bronze doré au sommet d’une colonne de marbre vert, H. totale 190 cm, Paris, collection particulière.