Les élèves du collège Arthur Rimbaud de Belfort et le projet: « Faites place »

 

En 2016, les cubes colorés de la place de Franche-Comté, hommage au peintre Piet Mondrian, au cœur du quartier Bougenel, ont été détruits car ils devenaient vétustes et dangereux. La place est restée vide, dans un quartier que les habitants avaient du mal à investir.
En 2017, la ville sollicite l’association « Urbain des bois ». Composée de deux designers, Philippe Quinzan et Samuel Feltre, celle-ci vise à monter des chantiers participatifs afin de fédérer des projets d’aménagements urbains mobilisant le plus grand nombre d’acteurs (utilisateurs, décideurs, partenaires opérationnels, entreprises, artistes).
Après deux années de concertation, il a été décidé de créer sur la place un jardin participatif composé de modules en bois pouvant accueillir plantes, fleurs et herbes aromatiques.
Le collège Arthur Rimbaud, au cœur de ce quartier, a eu pour mission de créer une trame végétale qui relierait les différents lieux clés du quartier (école Shoelcher, bibliothèque, maison de quartier…) à la place de Franche-Comté sous la forme de racines qui se rejoindraient toutes au niveau du jardin.
Au sein de trois ateliers, un groupe d’élèves de quatrième a conçu, proposé et dessiné un pochoir qu’ils ont utilisé le vendredi 2 mai 2019, jour de l’inauguration de ce nouvel aménagement. La cérémonie a donné lieu à une fête de quartier, réunissant les principaux acteurs de ce projet.
Ainsi les élèves ont été acteurs de toutes les phases d’élaboration de cette trame végétale.

  • Conception de dessins
  • Choix des croquis à soumettre au collectif
  • Création de pochoirs
  • Élaboration d’un chemin entre le collège A. Rimbaud et la place de Franche-Comté qui prend en compte le trajet habituel des élèves
  • Réalisation des pochoirs sur le sol, les murs, le mobilier urbain
  • Prise de vues du déroulement du projet

L’élaboration de ce projet a permis aux élèves de concevoir, à tous les niveaux de la création, une action en dehors du temps scolaire. Bien plus, ils ont été parties prenantes de l’évolution de leur quartier. Mais cette participation ne s’est pas arrêtée là. L’association « Urbain des bois » leur a demandé d’utiliser des esquisses de trame végétale, non retenues pour le marquage au sol, afin de créer la signalétique du jardin. Cette action connaîtra donc un prolongement et pourrait impliquer d’autres élèves dans les semaines à venir.